Archives d’Auteur: thibautfleuret

Eastern Boys

Eastern Boys

La série Les Revenants a su, dès sa sortie, trouver un certain écho chez le spectateur et la critique sériephile. Mais derrière ce programme télévisuel, il ne faut pas oublier que se cache, à la base, un long-métrage de Robin Campillo dont cet Eastern Boys est la deuxième livraison en tant que réalisateur.

Eastern Boys

Eastern Boys

La série Les Revenants a su, dès sa sortie, trouver un certain écho chez le spectateur et la critique sériephile. Mais derrière ce programme télévisuel, il ne faut pas oublier que se cache, à la base, un long-métrage de Robin Campillo dont cet Eastern Boys est la deuxième livraison en tant que réalisateur.

Gerontophilia

Gerontophilia

Bruce LaBruce est l’une des figures les plus importantes du cinéma queer grâce à un travail de photographe pornographique et de réalisateur souvent borderline dans la représentation crue de la sexualité. Ce nouveau projet, malgré son titre évocateur, se voudrait, peut-être et à première vue, plus mainstream, le film étant allé dans des festivals de cinéma plus « communs » (Toronto notamment). Cette livraison pouvait donc ravir de nouveaux défenseurs tout en décevant, sans doute, ses fans les plus hardcore.

Gerontophilia

Gerontophilia

Bruce LaBruce est l’une des figures les plus importantes du cinéma queer grâce à un travail de photographe pornographique et de réalisateur souvent borderline dans la représentation crue de la sexualité. Ce nouveau projet, malgré son titre évocateur, se voudrait, peut-être et à première vue, plus mainstream, le film étant allé dans des festivals de cinéma plus « communs » (Toronto notamment). Cette livraison pouvait donc ravir de nouveaux défenseurs tout en décevant, sans doute, ses fans les plus hardcore.

Her

Her

Spike Jonze est un cinéaste qui, à l’annonce de nouveaux projets, provoque à chaque fois une certaine excitation. Que ce soit avec ses clips pour Weezer, Björk, The Chemical Brothers ou ses métrages (Dans La peau de John Malkovich, Adaptation, Max et les maximonstres), Jonze arrive, malgré quelques aspects bancals dans ses métrages, à construire une identité visuelle qui lui est propre. Avec ce nouveau métrage qui rassemble une star du cinéma – Joaquin Phoenix – et une star de la musique – Arcade Fire -, le réalisateur savait qu’il avait de grandes chances de faire un coup gagnant.

Her

Her

Spike Jonze est un cinéaste qui, à l’annonce de nouveaux projets, provoque à chaque fois une certaine excitation. Que ce soit avec ses clips pour Weezer, Björk, The Chemical Brothers ou ses métrages (Dans La peau de John Malkovich, Adaptation, Max et les maximonstres), Jonze arrive, malgré quelques aspects bancals dans ses métrages, à construire une identité visuelle qui lui est propre. Avec ce nouveau métrage qui rassemble une star du cinéma – Joaquin Phoenix – et une star de la musique – Arcade Fire -, le réalisateur savait qu’il avait de grandes chances de faire un coup gagnant.

The Canyons

The Canyons

Cela faisait un moment que l’on n’avait pas vu, en étant pris séparément, le trio qui accompagne la sortie de The Canyons. Paul Schrader n’avait rien fait de bien « visible » depuis l’échec de sa prequel de L’Exorciste (l’immense Renny Harlin l’avait remplacé au pied levé sur ce projet), Bret Easton Ellis était bien trop enclin à tweeter et Lindsay Lohan était plus occupée à régler ses frais d’avocat qu’à faire l’artiste. A quoi pouvez, alors, ressembler cette réunion que l’on pourrait presque qualifier de bras cassés ?

The Canyons

The Canyons

Cela faisait un moment que l’on n’avait pas vu, en étant pris séparément, le trio qui accompagne la sortie de The Canyons. Paul Schrader n’avait rien fait de bien « visible » depuis l’échec de sa prequel de L’Exorciste (l’immense Renny Harlin l’avait remplacé au pied levé sur ce projet), Bret Easton Ellis était bien trop enclin à tweeter et Lindsay Lohan était plus occupée à régler ses frais d’avocat qu’à faire l’artiste. A quoi pouvez, alors, ressembler cette réunion que l’on pourrait presque qualifier de bras cassés ?

The Grand Budapest Hotel

The Grand Budapest Hotel

Après un Moonrise Kingdom qui avait su, à raison, charmer pleinement une très grande majorité du public (plus de 500 000 entrées France et de 45 millions de dollars aux US – pas si mal), et de la critique, Wes Anderson envoie un Grand Budapest Hotel dont les premières images de la bande-annonce et l’annonce d’un casting flamboyant donnaient sacrément envie.

The Grand Budapest Hotel

The Grand Budapest Hotel

Après un Moonrise Kingdom qui avait su, à raison, charmer pleinement une très grande majorité du public (plus de 500 000 entrées France et de 45 millions de dollars aux US – pas si mal), et de la critique, Wes Anderson envoie un Grand Budapest Hotel dont les premières images de la bande-annonce et l’annonce d’un casting flamboyant donnaient sacrément envie.

Only Lovers Left Alive

Only Lovers Left Alive

Après deux dernières livraisons (Broken Flowers, The Limits Of Control) qui n’avaient pas toujours su emballer le cœur des spectateurs, surtout au regard de quelques métrages bien sentis par le passé, voilà que Jim Jarmusch nous revient avec un projet qui sentait diablement bon. Deux termes emblématiques sortaient du lot : vampires et rock and roll. Où est-ce que le cinéaste américain allait-il nous emmener ?

Only Lovers Left Alive

Only Lovers Left Alive

Après deux dernières livraisons (Broken Flowers, The Limits Of Control) qui n’avaient pas toujours su emballer le cœur des spectateurs, surtout au regard de quelques métrages bien sentis par le passé, voilà que Jim Jarmusch nous revient avec un projet qui sentait diablement bon. Deux termes emblématiques sortaient du lot : vampires et rock and roll. Où est-ce que le cinéaste américain allait-il nous emmener ?

American Bluff

American Bluff

Peu de temps, finalement, après un Happiness Therapy qui avait su se tailler un gros succès (plus de 230 millions de dollars de recettes dans le monde, 8 nominations aux Oscars 2012 et une récompense pour Jennifer Lawrence), voilà que David O’Russell revient, comme par hasard, aux affaires au meilleur des moments. Les récompenses cinématographiques ne sont pas bien loin et il serait facile de parier sur une prochaine razzia de cette nouvelle livraison du cinéaste américain.

American Bluff

American Bluff

Peu de temps, finalement, après un Happiness Therapy qui avait su se tailler un gros succès (plus de 230 millions de dollars de recettes dans le monde, 8 nominations aux Oscars 2012 et une récompense pour Jennifer Lawrence), voilà que David O’Russell revient, comme par hasard, aux affaires au meilleur des moments. Les récompenses cinématographiques ne sont pas bien loin et il serait facile de parier sur une prochaine razzia de cette nouvelle livraison du cinéaste américain.

No Pain No Game

No Pain No Gain

Michael Bay délaisse, pour un temps, sa franchise Transformers pour s’attaquer à ce qu’il a lui-même appelé son film d’auteur. Il est vrai qu’avec un budget nettement inférieur à ce qu’il a l’habitude de manipuler (aux alentours de 26 millions de dollars, bien loin des 195 millions de dollars du troisième Transformers), cette production détonne dans le parcours cinématographique du réalisateur. Un retour aux sources de son Bad Boys, en somme.

No Pain No Game

No Pain No Gain

Michael Bay délaisse, pour un temps, sa franchise Transformers pour s’attaquer à ce qu’il a lui-même appelé son film d’auteur. Il est vrai qu’avec un budget nettement inférieur à ce qu’il a l’habitude de manipuler (aux alentours de 26 millions de dollars, bien loin des 195 millions de dollars du troisième Transformers), cette production détonne dans le parcours cinématographique du réalisateur. Un retour aux sources de son Bad Boys, en somme.

The World's End

Le Dernier pub avant la fin du monde

Edgar Wright, le chouchou des freaks and geeks de France et de Navarre, revient aux sources. Après avoir capté un Scott Pilgrim Vs The World générationnel en solitaire, le revoici aux côtés de ses fidèles acolytes Simon Pegg et Nick Frost prêts à reformer l’un des trios les plus cools du cinéma contemporain.

The World's End

Le Dernier pub avant la fin du monde

Edgar Wright, le chouchou des freaks and geeks de France et de Navarre, revient aux sources. Après avoir capté un Scott Pilgrim Vs The World générationnel en solitaire, le revoici aux côtés de ses fidèles acolytes Simon Pegg et Nick Frost prêts à reformer l’un des trios les plus cools du cinéma contemporain.